Nous trouver

15 Place Nicolas Poussin
27700 Les Andelys

Nous joindre

lib.aumarquepage@wanadoo.fr
02 32 54 00 22

Horaire

Du mardi au samedi de 9h30 à 12h
14h30 à 19h

Titre

Autem vel eum iriure dolor in hendrerit in vulputate velit esse molestie consequat, vel illum dolore eu feugiat nulla facilisis at vero eros et dolore feugait.

Archive de l’auteur %s valerie27700

Le silence et la colère

Résumé :
Un ogre de béton, une vilaine chute dans l’escalier, le Salon des arts ménagers, une grossesse problématique, la miraculée du Charleville-Paris, la propreté des Françaises, « Savons du Levant, Savons des Gagnants », les lapins du laboratoire Delaveau, vingt mille francs de la main à la main, une affaire judiciaire relancée, la mort d’un village, le mystérieux professeur Keller, un boxeur amoureux, les nécessités du progrès, le chat Joseph, l’inexorable montée des eaux, une vendeuse aux yeux gris, la confession de l’ingénieur Destouches, un accident de voiture. Et trois histoires d’amour.

Nous irons mieux demain

Résumé :
Découvrez le nouveau roman de Tatiana de Rosnay, Nous irons mieux demain
Mère célibataire de vingt-huit ans, ébranlée par le décès récent de son père, Candice Louradour mène une vie sans saveur. Un soir d’hiver pluvieux, à Paris, elle est témoin d’un accident de la circulation. Une femme est renversée et grièvement blessée.
Bouleversée, Candice lui porte assistance, puis se rend à son chevet à l’hôpital. Petit à petit, la jeune ingénieure du son et la convalescente se lient d’amitié.
Jusqu’au jour où Dominique demande à Candice de pénétrer dans son appartement pour y récupérer quelques affaires.
Dès lors, tout va basculer…
Pourquoi Candice a-t-elle envie de fouiller l’intimité d’une existence dont elle ne sait finalement rien ? Et qui est cette Dominique Marquisan, la cinquantaine élégante, si solitaire et énigmatique ?
Nous irons mieux demain retrace le chemin d’une femme fragile vers l’acceptation de soi, vers sa liberté. Il fait aussi écho aux derniers mots d’Émile Zola, le passager clandestin de cette histoire.

La doublure

Résumé :
Passion, faux-semblants, emprise… Qui manipule qui ?
Une jeune femme fragile en quête d’un nouveau départ.
Un couple magnétique et fascinant prêt à lui ouvrir les portes de son monde doré.
Un trio pris au piège d’un jeu cruel et d’une dépendance fatale.

Dans ce roman sombre et envoûtant, Mélissa da Costa explore, à travers l’histoire d’une passion toxique, la face obscure de l’âme humaine et les méandres du désir.

Vivre et renaître chaque jour

Résumé :
 » Ne pas se lamenter sur les bonheurs perdus… juste se contenter de les avoir vécus.  »
 » Une éviction injuste, un cancer, une séparation, ces derniers mois j’ai tout pris en rafale. Des épreuves ajoutées aux blessures passées. Je pourrais être au fond du trou, me plaindre du matin au soir. C’est tout le contraire qui se produit.
Je remonte sur scène, écris de nouvelles chansons, découvre des jeunes talents. Car, quelle que soit la tristesse de nos crépuscules, il faut toujours croire à un jour nouveau. Oublier l’hiver et mettre nos pendules à l’heure d’été. Vivre et renaître chaque jour.
J’aimerais que ce livre aide toutes celles et tous ceux qui connaissent des deuils, des difficultés, des maladies, à RENAÎTRE. « 

Le Spleen du Pop-Corn

Résumé :
Joy a trente-quatre ans, vingt ans dans son corps et cent ans dans sa tête.
À quel moment sa prise de joie s’est débranchée ?
Difficile à dire. Ces choses-là, ça arrive sans prévenir.
Joy travaille dans une agence de Celebrity marketing qui connecte des talents VIP avec de grandes marques pour les auréoler de prestige. Dans ce monde d’image et de luxe mieux vaut être brillant. Mais Joy ne se sent pas vraiment de talents particuliers. Pour compenser ce côté soi-disant lambda qui la complexe, elle se met toujours plus de pression. Elle est au bord de l’implosion, prête à tout pour ne pas montrer aux autres ses états d’âmes. La seule chose qui lui maintient la tête hors de l’eau est le toc digital qu’elle a développé par instinct de survie : à chaque fois que la pression la submerge, elle installe sur son smartphone une nouvelle application censée l’aider à performer davantage.
Pour couronner le tout, voilà qu’on confie à Joy la délicate mission d’organiser un événement original pour célébrer les dix ans de l’agence. C’est ainsi qu’elle va faire la connaissance de Benjamin et de sa joyeuse petite troupe. Ils ont un mois pour relever le défi. Leur rencontre va bouleverser Joy dans ses certitudes et lentement lui ouvrir les yeux. Car ces personnages singuliers, attachants et libres ont le sourire facile, et pour se « désappliquer », ils ne sont jamais à court d’idées. Le spleen s’éloigne, peu à peu remplacé par une irrésistible envie de se transformer. Mais attention, car un pop-corn qui éclate, ça fait du bruit, beaucoup de bruit…

Rendez-vous ce samedi

Rendez-vous ce samedi dans votre librairie Au Marque Page Les Andelys de 10h à 17h pour profiter d’une dédicace de Romain Slocombe. Une bonne idée de cadeau de noël.

 

Blanc

Résumé :
Avec mon ami le guide de haute montagne Daniel du Lac, je suis parti de Menton au bord de la Méditerranée pour traverser les Alpes à ski, jusqu’à Trieste, en passant par l’Italie, la Suisse, l’Autriche et la Slovénie. De 2018 à 2021, à la fin de l’hiver, nous nous élevions dans la neige. Le ciel était vierge, le monde sans contours, seul l’effort décomptait les jours. Je croyais m’aventurer dans la beauté, je me diluais dans une substance. Dans le Blanc tout s’annule — espoirs et regrets. Pourquoi ai-je tant aimé errer dans la pureté ?
S. T.

BILLY SUMMERS

Résumé :
L’histoire d’un type bien…qui fait un sale boulot.
Billy Summers est un tueur à gages, le meilleur de sa profession, mais il n’accepte de liquider que les salauds. Aujourd’hui, Billy veut décrocher. Avant cela, seul dans sa chambre, il se prépare pour sa dernière mission…
À la fois thriller, récit de guerre, road trip et déclaration d’amour à l’Amérique des petites villes, Billy Summers est l’un des romans les plus surprenants dans l’oeuvre de Stephen King, qui y a mis tout son génie et son humanité.

La diagonale des reines

Et si vous n’étiez qu’un pion dans leur jeu ?
Deux femmes, deux destins, deux visions opposées du monde.
L’une croit dans la force du groupe.
L’autre en l’individualisme.
Leur duel est inévitable… laquelle aura l’avantage ?
Des années 1970 à 2050, entre guerres, attaques terroristes et espionnage, elles vont s’opposer sans répit et sans merci. Leur terrain de jeu s’étend aux quatre coins de la planète, devenue un échiquier géant dont les humains sont les pièces.
Dans ce roman puissant, porté par deux héroïnes exceptionnelles, Bernard Werber ajoute l’art de la stratégie à ses thèmes de prédilection pour nous entraîner dans une aventure contemporaine fascinante et visionnaire.

J’étais le collabo Léon Sadorski

L’épuration comme vous ne l’avez jamais lue.
Septembre 1944 : partisans de De Gaulle et de Staline rivalisent pour le pouvoir dans Paris fraîchement libéré. C’est à qui rétablira l’ordre le premier, ou plutôt son ordre. Démasqué et menacé d’être fusillé, l’inspecteur Léon Sadorski n’en mène pas large. Le sort en a pourtant décidé autrement. En échange de l’indulgence des cours de justice, l’ex-collaborateur se voit confier par les chefs de l’insurrection une mission semée de pièges : identifier les « taupes » laissées par la police de Vichy au sein du Parti communiste.
Rien ne se passant comme prévu, Sadorski se retrouve séquestré dans un des pires centres de détention et de torture gérés par les FTP. Mais il entend bien échapper à ses geôliers afin de rechercher sa femme, Yvette, disparue dans les purges des premières heures de la Libération. Pour cela, Sadorski aura besoin d’argent, de beaucoup d’argent…
« L’inspecteur Sadorski suit sa mauvaise étoile. » Abel Mestre, Le Monde

Identités croisées

WILDE.
Il vit loin du monde, dans une forêt du New Jersey. C’est un enquêteur aux méthodes très spéciales. Nul ne sait d’où il vient, pas même lui.
Un site internet, une recherche ADN et soudain une piste.
Le secret de ses origines ? Enfin ?
Un lointain cousin, star de téléréalité. Un homme suivi par une nation entière.
Wilde touche au but mais le cousin disparaît.
De lui ne reste qu’une photo énigmatique postée sur les réseaux sociaux.
Mise en scène ? Conspiration ? Pire encore ?
Wilde est sur ses traces.
Et il n’est pas le seul.
AU CŒUR DE CES IDENTITÉS CROISÉES SE CACHE UN PIEGE MORTEL…

Femmes d’Etat

De la supériorité des femmes dans l’exercice du pouvoir.
En raison de la loi salique, les femmes ont été écartées du trône sous l’Ancien-régime avant que la privation du suffrage universel ne les marginalise de la Révolution à la Libération. Mais la France n’est pas le monde et des dirigeantes d’exception n’ont cessé d’enrichir le riche livre d’heures de notre histoire de l’Antiquité à nos jours. Sous la direction d’Anne Fulda, historiens et journalistes racontent leurs vies exceptionnelles en s’attachant non seulement à dresser leurs portraits politiques et intimes mais aussi et surtout à ausculter pour la première fois leur façon d’exercer le pouvoir au quotidien et dans la gestion des grandes crises qu’elles ont su souvent gérer d’une main de maître.
Un livre sans précédent qui détruit pour de bon le mythe d’une supposée prédisposition des hommes dans la gestion des affaires publiques. En voici l’impressionnant sommaire:
Cléopâtre : Robert Solé
Brunehault : Bruno Dumézil
Aliénor d’Aquitaine : Martin Aurell
Isabelle la Catholique : Joelle Chevé
Catherine de Medicis : Jean-François Solnon
Christine de Suède : Guillaume Frantzwa
Elisabeth d’Angleterre : Sophie Cassagne Brouquet
Anne d’Autriche : Simone Bertière
Catherine II : Lorraine de Meaux
Marie-Antoinette : Hélène Delalex
Marie-Thérèse d’Autriche : Jean-Paul Bled
La reine Victoria : Edmond Dziembowski
Cixi : Valérie Niquet
Indira Gandhi : François Gautier
Aung San Suu Kyi : Sébastien Falletti
Golda Meir : Georges Ayache
Margareth Tatcher : Emmanuel Hecht
Angela Merkel : Viviane Chocas
Ellen Johnson Sirleaf : Vincent Hugeux
Elizabeth II : Anne Fulda

Comment font les gens ?

Anna, la narratrice de ce roman aux allures de Mrs Dalloway contemporain, est éditrice sous les ordres d’une dictatrice, se débrouille comme elle peut avec la vie, c’est-à-dire plutôt mal. Elle résiste. Elle endigue. Elle encaisse. Elle se souvient, surtout.
Coincée entre une mère féministe mais atteinte d’une forme de joyeuse démence, trois filles à l’adolescence woke, un mari au sourire fuyant et à la tenue fluo, un cordon sanitaire d’amies qui sonnent le tocsin des SMS et des apéros SOS « burn out », Anna pourrait crier, comme on joue, comme on pleure, « Arrêtez tout ! », mais ça ne marche qu’au cinéma. Comment font les gens ? Pourquoi ne remarquent-ils pas les « pigeons dégueulasses aux ventres de pamplemousse » ou la mélancolie fêlée d’une voisine de comptoir ? Il y a du Virginia Woolf déjanté dans ce roman de la charge mentale, mais il y a aussi du Françoise Sagan : chaque phrase vise juste, replie le présent déceptif sur le passé enchanté.

 

Harry, romancier en panne d’inspiration, achète sur un coup de tête une ferme à l’écart d’un village perdu. C’est l’hiver. La neige et le silence recouvrent tout. Les conditions semblent idéales pour se remettre au travail. Mais Harry se sent vite épié, en proie à un malaise devant les événements étranges qui se produisent.
Et si l’inspiration n’était qu’une manière d’accueillir les fantômes ?
Un suspense métaphysique somptueusement orchestré où les fatalités familiales rencontrent les chimères d’un grand écrivain.

 

V13

Le procès fleuve des attentats du 13 Novembre 2015, qui ont fait 130 morts et 350 blessés à Saint-Denis et à Paris, s’est tenu entre septembre 2021 et juin 2022. Pendant dix mois, plus de 300 témoins ont été entendus, dont des rescapés de cette nuit d’horreur. Les 20 accusés ont été jugés. Parmi eux, Salah Abdeslam, le seul survivant des commandos de l’organisation du groupe État islamique, commanditaire de ces attaques. Emmanuel Carrère a assisté à l’intégralité du procès et tenu une exceptionnelle chronique hebdomadaire, publiée dans 4 grands journaux européens, L’Obs en France, El País en Espagne, La Repubblica en Italie, Le Temps en Suisse.
V13 (« comme tous, magistrats, avocats, journalistes, appelons ce monstrueux procès du vendredi 13 novembre dans lequel nous sommes embarqués », écrit E. Carrère) rassemble l’ensemble de ces chroniques. C’est une descente aux enfers dans laquelle l’écrivain parvient toujours à saisir l’humanité des uns et des autres, qu’elle soit bouleversante, admirable, ou abjecte. Il saisit l’ironie terrible des propos, des situations. Il refait le récit des événements, et surtout livre son écoute magnifique des paroles et des silences de ce procès. Il en fait notre histoire. Il donne à cet écheveau complexe d’horreur, d’idéologie, de folie et de détresse, une dimension universelle, profondément humaine, qui atteint chacun d’entre nous : « Marylin porte toujours sur elle, dans un petit tube en plastique, l’écrou de 18 mm qu’on a extrait de sa joue. Elle le sort de son sac, ce tube, devant la Cour. Elle dit : Je veux bien vous le montrer, mais je le garde. Elle le remet dans son sac et elle repart avec, et 250 autres témoignages vont déferler après et écraser le sien, mais quand même, Marylin qui s’éloigne, seule, gracieuse et triste, tellement triste, avec son écrou dans son tube, je ne l’oublierai pas. »

Autrefois, Zem Sparak fut, dans sa Grèce natale, un étudiant engagé, un militant de la liberté. Mais le pays, en faillite, a fini par être vendu au plus offrant, malgré l’insurrection. Et dans le sang de la répression massive qui s’est abattue sur le peuple révolté, Zem Sparak, fidèle à la promesse de toujours faire passer la vie avant la politique, a trahi. Au prix de sa honte et d’un adieu à sa nation, il s’est engagé comme supplétif à la sécurité dans la mégalopole du futur. Désormais il y est “chien” – c’est-à- dire flic – et il opère dans la zone 3, la plus misérable, la plus polluée de cette Cité régie par GoldTex, fleuron d’un post- libéralisme hyperconnecté et coercitif. Mais au détour d’une enquête le passé va venir à sa rencontre.

ELISABETH II – Les chapeaux de la couronne

En bientôt soixante-dix ans de règne et quatre-vingt-quinze ans de vie publique, la reine Elizabeth II a traversé un siècle et marqué l’histoire au point de devenir une figure de légende. Elle est aussi l’une des silhouettes les plus familières de notre époque, en particulier grâce à ses chapeaux. Devenus les accessoires iconiques de la souveraine, ses couvre-chefs, au-delà de leurs qualités esthétiques, sont un véritable élément du  soft-power  britannique.
En 1933, la petite Elizabeth, assise dans une calèche aux côtés de son grand-père le roi George V, porte un chapeau rond, rose et ourlé de fleurs. En 2020, après un long confinement, la souveraine retrouve son peuple coiffée d’un chapeau vieux rose également fleuri. Près de cent ans ont passé entre ces deux images, un siècle de politique, de diplomatie et de modes qui se raconte, dans ces pages, au travers de l’histoire, méconnue, des chapeaux de la reine.

Mots – Les parents écrivent (toujours) aux enseignants – d’excuse

 Ma fille était en retard hier parce que son professeur était à l’heure (pour une fois).
Salutations distinguées.  »

 » Si c’est un surveillant qui la ratrappé, pourquoi est c’que lui aussi il a pas une heure de colle ? Parcqu’il a courru dans les couloirs comme Anas parcqu’il la ratrappé en courrant aussi.
Merci. « 

Retards, absences, mauvais résultats, problèmes de comportement… En toute circonstance, les parents d’élèves ne manquent pas d’inspiration lorsqu’il s’agit de trouver des excuses à leur enfant.
Tout au long de sa carrière au sein de l’Éducation nationale, Patrice Romain avoue avoir adoré la mauvaise foi absolue de certains parents lorsqu’ils défendent la chair de leur chair contre vents et marées. Dans cet ouvrage, il rassemble pour nous des mots d’excuse authentiques, hauts en couleur, parfois maladroits ou à l’orthographe discutable, avant tout destinés à nous faire rire.

 

Les vertueux

J’ai vécu ce que j’avais à vivre et aimé du mieux que j’ai pu. Si je n’ai pas eu de chance ou si je l’ai ratée d’un cheveu, si j’ai fauté quelque part sans faire exprès, si j’ai perdu toutes mes batailles, mes défaites ont du mérite – elles sont la preuve que je me suis battu.Algérie, 1914. Yacine Chéraga n’avait jamais quitté son douar lorsqu’il est envoyé en France se battre contre les « Boches ». De retour au pays après la guerre, d’autres aventures incroyables l’attendent. Traqué, malmené par le sort, il n’aura, pour faire face à l’adversité, que la pureté de son amour et son indéfectible humanité.Les Vertueux est un roman majeur, la plus impressionnante des oeuvres de Yasmina Khadra.

 

L’été où tout a fondu

Le lendemain, son fils Fielding découvre un jeune garçon à la peau noire et aux yeux d’un vert intense, planté devant le tribunal, qui se présente comme le diable en personne. Cet enfant à l’âme meurtrie, heureux d’être enfin le bienvenu quelque part, serait-il vraiment l’incarnation du mal ? Dubitatifs, les adultes le croient en fugue d’une des fermes voisines, et le shérif lance son enquête. Se produisent alors des événements étranges qui affectent tous les habitants de Breathed, tandis qu’une vague de chaleur infernale frappe la petite ville.
Porté par une écriture incandescente, L’Été où tout a fondu raconte la quête d’une innocence perdue et vient confirmer le talent exceptionnel d’une romancière à l’imaginaire flamboyant.