Nous trouver

15 Place Nicolas Poussin
27700 Les Andelys

Nous joindre

lib.aumarquepage@wanadoo.fr
02 32 54 00 22

Horaire

Du mardi au samedi de 9h30 à 12h
14h30 à 19h

Brigitte Garin

Une famille normande dans la tourmente nazie : Vie et mort du réseau de résistance Salesman

Une famille normande dans la tourmente nazie : Vie et mort du réseau de résistance Salesman-Brigitte Garin

Résumé : L’auteure a tenu à transmettre à sa petite-fille Charlotte son besoin de mémoire des femmes et des hommes ayant œuvré pour libérer leur patrie. Jean et Florentine Sueur, ses arrière-grands-parents maternels, étaient de ceux-là. Leur fille Jeanne et son époux, Lucien Patrelle, y contribuèrent également. En marchant dans leurs pas, l’auteure revit l’enfance et la jeunesse de ses aïeux dans le Vexin normand. Au sortir de la Première Guerre mondiale, les années terribles vécues par les Poilus et leurs familles suscitent un besoin naturel de fête et de joie, entre les commémorations des Morts de la Grande Guerre. L’attachement de la famille aux associations d’anciens combattants la mène tout naturellement à rejeter l’envahisseur fasciste et la dictature du régime de Vichy, dès 1940. En mai 1943, Jean et Florentine gèrent un commerce de confection, à Rouen, quand ils rencontrent Philippe Liewer, alias capitaine Clément. Missionné par le « Special Opérations Executive » de Londres, Clément crée « Salesman », l’un des plus importants réseaux de résistance de Seine-Inférieure (Seine-Maritime). Le magasin sert de boîte aux lettres principale à l’organisation, bientôt rejointe par les résistants havrais de « L’Heure H ». On découvre alors les actions et les portraits de ces combattants, avec leurs richesses et leurs faiblesses. Dénonciations et collaboration d’un policier français vont causer la chute du réseau et la déportation de plusieurs soldats de l’ombre. S’ensuivent le voyage infernal et le travail forcé imposés par les négriers nazis. Pendant ce temps, des rescapés de « Salesman » libèrent des villes et des régions du joug de l’ennemi. Au printemps 1945, c’est le retour des camps où ont péri près de la moitié des camarades de Florentine et Jean. Ce livre se veut avant tout un hommage aux hommes et aux femmes qui se sont battus pour notre liberté.

valerie27700